Daniel, le prophète

Pour le Frère François Bustillo, évêque de Corse, qui aime à citer Daniel dans son ouvrage (1)

   Daniel n'est pas l'auteur mais le héros du livre, qui interprète comme un mage les rêves des grands rois. Cet écrit tardif est rédigé 4 siècles après les événements qu’il raconte et qui se déroulent pendant l’exil, entre le règne de Nabuchodonosor et celui de Darius le Mède. Le livre a semble-t-il été écrit au milieu du IIe siècle avant notre ère. Les juifs venaient alors de subir les persécutions cruelles infligées par Antiochus Épiphane, roi séleucide, ennemi du peuple juif, aspirant à l’hellénisation de la Judée tout entière. Ce qui ne plut pas à une partie des élites juives hellénisées qui fondèrent la dynastie des Hasmonéens, et à la famille des Maccabées qui combattirent victorieusement Antiochus Épiphane, mort vers 165 BC, après avoir mené une politique qui le fit considéré comme l'un des derniers grands souverains séleucides.

Antiochus avait interdit, sous peine de mort, d’obéir à la loi de Moïse. C’était si beau, pour ce roi hellénisé, à l’instar de nombreux Babyloniens, de devenir un Grec.

Un épisode du livre montre Daniel jeté dans la fosse aux lions dont le roi Darius fait sceller le couvercle de pierre. Les fauves épargnent le condamné, et le roi leur jette en compensation ses accusateurs, dévorés avant d'être arrivés au fond de la fosse, ainsi, comme on s’en doute, que leurs femmes et leurs enfants.

Continuer à lire

Pages