Le nœud de l’incompréhension

Pour Denise Torgemane, en hommage amical

   Le monothéisme radical de l'islam récuse à la fois l'affirmation du mystère trinitaire et l'affirmation de l'incarnation qui sont au coeur du message chrétien dans sa nouveauté par rapport à la Révélation de l'Ancienne Alliance. Si la négation de la filiation divine de Jésus n'est que la conséquence d'un monothéisme anti-trinitaire, c’est que l'affirmation du Dieu-Trinité apparaît comme contraire à l'unicité de Dieu, d’une part, et l'affirmation du dogme de l’incarnation, d’autre part, s’oppose, selon les musulmans, à la transcendance absolue de Dieu. 

S’agit-il d'un rejet circonstanciel qui relève de malentendus liés à des circonstances historiques, et ce rejet fondamental est-il irrémédiable ? Cette difficulté semble insurmontable et le différent non négociable. Au moment même où l'adoration du Dieu unique est annoncée par les chrétiens et les musulmans comme un héritage commun, il faut avouer que la nature même du monothéisme nous rend étrangers les uns aux autres. On peut toujours entendre : « Nous croyons au même Dieu, le Dieu unique, le Dieu vivant, qui a créé le ciel et la terre », il reste que nous nous réclamons de deux conceptions très différentes de Dieu.

Continuer à lire

Pages