Présentation

 

Gérard LEROY est théologien laïc, spécialiste de science et de théologie des religions. Avant d’être professeur de philosophie morale, il a travaillé dans  différents domaines rattachés à la santé, enfin comme conseiller ministériel.

Pendant 7 ans il a assuré la fonction de Secrétaire Général de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix (section française). Il fut, avec Bernard Kouchner, l’un des fondateurs de l’association RÉUNIR, dont il a été vice-président.

Gérard LEROY fut reçu, après la traduction de son premier ouvrage en roumain, membre de l’Académie des Hommes de Sciences et de Lettres de Bucarest.

Il a fondé le Pôle Universitaire Catholique (PUC) de Narbonne, dont il a cédé récemment la direction

Pour son travail en faveur du dialogue interreligieux, il a été distingué par la République.

Ses publications :

  • Dieu est un droit de l'homme, Préface de C. Geffré, Cerf, 1988
  • A vos marques, Guide pratique de la mise en condition physique, Préface de B. Kouchner, Éd. Trédaniel, 1992
  • Guide pratique du Paris religieux, en collaboration, Parigramme, 1994
  • Bassins de jardins, Éd. Denoël, 1995
  • Le salut au-delà des frontières, Préface de C. Geffré, Ed. Salvator, 2002
  • Christianisme, Dictionnaire des temps, des figures et des lieux, Éditions du Seuil, en collaboration
  • Vingt histoires bibliques racontées à Pierre et à ses parents, Préface de Mgr Alain Planet, Éditions Presses Littéraires.
  • Des matriarches et de quelques prophètes, éditions L'Harmattan, 2013
  • À la rencontre des Pères de l'Église, L'extraordinaire histoire des quatre premiers siècles chrétiens, L'Harmattan. En savoir plus
  • L’Événement. Tout est parti des rives du Lac, aux éditions L’Harmattan. En savoir plus
  • Néron, imp. De Bourg, 2019
  • Regards croisés sur le temps qui passe
    Préface de Patrick Valdrini – Recteur émérite de l’Institut catholique de Paris
    Éditions Sydney Laurent - En savoir plus
  • Dernier paruEn l’an 2000 avant toi, Illustrations de Léopoldine David, Préface de Mgr Alan Planet, évêque du diocèse de Carcassonne-Narbonne, Ed. Sydney Laurent - En savir plus

Continuer à lire

Dernier article :

Eliahou, ou Elias

Pour mon petit-fils que j'embrasse

   Seul, et somme toute désespéré, sous un arbre du désert, un jujubier, le voilà qui soupire : “Je ne suis pas meilleur que mes pères” (1). Tiens donc ! Élie pense à ses ancêtres qui n’ont pas voulu suivre Moïse, au temps de l’Exode. Il invoque le Seigneur : « Prends ma vie ! »

C’est que Jézabel, cette reine dont il a exterminé les prophètes, a juré de se venger de lui. Elle le traque. Il le sait. Car elle n’a pas manqué de le lui faire savoir. Alors, pour sauver sa vie, il est descendu du Nord, suivi de son serviteur, pour se réfugier au désert. Parvenu au seuil de l’infini de sable il laisse là son serviteur, et continue sa route, toute une journée. À l’heure où l’ombre envahit les dunes il s’arrête, sous un genêt isolé. Le fugitif se sait encore menacé. Il s’accroupit, regarde au loin. Rien ne bouge. Pas un bruit.

Aucune âme vivante à la ronde ne peut entendre la plainte d’Élie. Il ne se tourne pas contre Jézabel, la Phénicienne, mais vers son peuple qu’il accuse d’avoir abandonné l’alliance offerte par Dieu, d’avoir tué les prophètes du Seigneur, abandonnant à la solitude le seul prophète de Dieu, lui, Élie.

Continuer à lire